DIY : terrarium, comment le faire soi-même ?

Quelles plantes, quel bocal et quelle recette pour un terrarium.

Mis à jour

bocaux et plantes

Un terrarium, on en rêve tous, n’est-ce pas ? C’est notre cas, du moins, chez Cleanipedia. Car on en pense qu’il suffit d’un joli terrarium posé nonchalamment sur une table basse, au milieu du salon, pour apporter une touche de verdure à la maison, profiter des bienfaits des plantes et surtout (non négligeable) épater nos invités. Au lieu de dépenser une fortune pour en acheter un qui ne laisse pas la place à l’imagination (la nôtre), pourquoi ne pas créer son propre terrarium en DIY ? Ces minuscules jardins et forêts en bocal sont plus faciles à faire que ce qu’on pense.

Avec un peu d’imagination, un terrarium peut être une bonne idée de cadeau zéro-déchet ou une décoration de Noël. Dans la couche numéro 5, ajoutez de la fausse neige et des objets qui rappellent cette période de fêtes.

Comment faire un terrarium en DIY ?

Le terrarium, c’est si joli que, forcément, on pense que c’est compliqué. Et pourtant ! Il suffit de suivre ces instructions à la lettre.

  • Couche numéro 1 : mettez dans le fond du terrarium une couche de galets ou petits cailloux. Ceux-ci serviront au drainage, pour que l’eau ne stagne pas dans la terre et que les racines ne pourrissent pas (la règle n°1 à connaître si l’on est jardinier d’intérieur). Vous pouvez mélanger des morceaux de charbon actif aux galets pour éviter que les bactéries ne se développent.
  • Couche numéro 2 (facultatif mais recommandé) : pour que la terre ne s’infiltre pas petit à petit dans les galets, ajoutez une couche de mousse.
  • Couche numéro 3 : puis, faites une couche assez épaisse de terreau adapté aux plantes choisies.
  • Couche numéro 4 : vos belles plantes. Enlevez le maximum de terre autour des racines avant de rempoter vos plantes dans la terre, en les espaçant suffisamment (au moins quelques centimètres) et en ne les collant pas aux parois du terrarium. Coupez les racines si celles-ci sont trop longues.
  • Couche numéro 5 : place à la déco (enfin) ! De la mousse, des cailloux, des brindilles et tout ce que vous récoltez lors d’une balade en forêt.

Quel bocal pour fabriquer un terrarium ?

Pour accueillir votre jardin miniature, il vous faudra un bocal transparent, à acheter dans le commerce ou à recycler. Par exemple : un bocal en verre destiné aux pâtes, un vase, un vieil aquarium, un ancien pot à pharmacie, un bocal à bonbons, entre autres.

Est-ce qu’on peut faire en DIY un terrarium fermé ? Toutes les formes sont possibles, même celles avec une ouverture minuscule. Dans ce cas-là, il faudra être plus imaginatif lors de la création : un entonnoir pour passer les “ingrédients” (galets, terre, etc.), et une longue pince, un bâton ainsi qu’un long pinceau pour déplacer et réorganiser le tout, puisque vous ne pourrez pas y glisser votre main.

Quelles plantes pour fabriquer un terrarium ? Dans un bocal fermé par un bouchon, on opte pour des plantes qui supportent très bien l’humidité, alors que dans un terrarium ouvert à parois basses, on peut se faire plaisir avec des succulentes et cactus (à manipuler avec des gants pour le rempotage). Certaines se plairont dans un environnement à mi-chemin, humide mais ouvert. Dans tous les cas, choisissez de préférence des petites plantes à courtes racines qui n’auront pas tendance à accaparer l’espace.

L’entretien d’un terrarium

Quelques conseils pour garder votre terrarium le plus longtemps possible :

  • Ne l’installez pas en plein soleil, mais plutôt en luminosité indirecte. Déplacez-le plus près de la fenêtre en hiver.
  • Placez un dessous-de-plat ou autre protection sous le bocal pour ne pas rayer votre table.
  • Pas d’engrais, ni trop d’eau : on ne veut pas que les plantes poussent trop vite !
  • Retirez les feuilles fanées sans tarder.
  • Jamais de produit pour le nettoyer, passez plutôt un chiffon avec de l’eau vinaigrée sur les parois, puis séchez au chiffon microfibre.

Pour l’arrosage :

  • Pour un terrarium ouvert, arrosez selon les besoins de la plante et le taux d’humidité de votre terrarium.
  • Dans un terrarium fermé, laissez faire le cycle de l’eau. On pourra donc limiter l’arrosage à quelques fois par an.

Bon à savoir pour le terrarium fermé : on peut l’ouvrir de temps en temps, une ou deux fois par mois, ou quand il y a un taux anormal de condensation. Ne le laissez pas sécher et ne le mettez jamais en plein soleil.

Publié à l'origine